Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
musique-etc.over-blog.com

"Seuls contre Hitler..."

11 Janvier 2015

Il y a quelques jours, France Télévisions diffusait un remarquable film documentaire sur Otto et Elise Hampel, couple d'antinazis berlinois qui, après avoir longuement déjoué la Gestapo, furent arrêtés, jugés de façon expéditive et décapités en avril 1943 pour avoir, entre 1940 et 1942, semé dans la capitale du Reich des centaines de cartes postales portant des messages subversifs contre le nazisme et la guerre, et appelant les Allemands à un "réveil salutaire". Ce documentaire utilise de nombreux extraits d'un film de fiction tourné en RDA en 1970, avec deux acteurs à l'épaisseur toute brechtienne. Je conseille fortement ce documentaire passionnant et d'une rare sobriété. Il reste visible jusqu'à jeudi prochain sur le site de DOD de France Télévisions.

Le parcours des époux Hampel a été relaté - et quelque peu embelli - dans Seul dans Berlin, l'excellent roman écrit en 1946 par Hans Fallada (Rudolf Ditzen, de son nom véritable), disponible en Folio (Gallimard). C'est l'un des plus éloquents témoignages de la résistance allemande à l'hitlérisme. On retrouve dans leur histoire la lucidité politique de parents modestes qui auraient pu se laisser égarer par les événements s'ils n'avaient été révélés - et réveillés - à eux-mêmes par la perte d'un fils mort sur le front de France. Cette lucidité nouvelle devient synonyme de solitude. Dans le livre de Fallada, les deux époux (rebaptisés Quangel) jurent une fidélité indéfectible à leur cause commune au moment de leur arrestation. La réalité telle que la dévoile le documentaire est moins édifiante. Dés les premiers interrogatoires, Otto et Elise Hampel n'ont eu de cesse de se charger mutuellement et de se rejetter la responsabilité de leur "dérive" idéologique... La manipulation nazie a fini par opérer, même sur ces résistants de l'ombre, en les dressant l'un contre l'autre. Otto et Elise Hampel furent guillotinnés en avril 1943, peu de temps après la défaite de Stalingrad, qui initia la chute finale du Reich.

Les deux autres ouvrages de Fallada disponibles en français (également en Folio), Le buveur (publié en 1944) et Quoi de neuf, petit homme (publié en 1955) ne sont pas moins passionnants. Une thématique commune domine : la solitude, souvent pathétique, de l'individu égaré dans les méandres d'une société dévoyée et/ou indifférente. Dans le premier ouvrage, Fallada décrit avec un mélange aigu de finesse et de fausse naïveté les délices consolatrices de l'alcool, dont il fut lui-même un adepte compulsif. Conçu pendant les années trente et la montée de l'hitlérisme, le second roman décrit les espoirs de "Môme" et de "Bichette", un jeune couple de la petite bourgeoisie, dans "les jours meilleurs" qu'on leur promet et auxquels, comme tout un chacun, ils croient, sans se faire trop d'illusions. Les personnages de Fallada sont souvent dessinés en creux, paraissant définis par leurs manques et leur carences, ce qui les rend assez simenoniens et, à mes yeux, d'autant plus attachants.

"Seuls contre Hitler...""Seuls contre Hitler...""Seuls contre Hitler..."

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Louis 13/01/2015 11:39

Remarquable aussi Jacques Bonnaffé en voix off continue…